CHAPITRE 92 : Un combattant inattendu.

Repliez-vous ! ordonna Prune-Tzali à “ses” ombres.

Ces dernières obéirent aussitôt. Prune-Tzali prit son apparence Malka Draconis et s’envola vers le monstre, qui tenta évidemment de l’attraper.

Dix yeux… Dix bras… C’est trop, tout ça. Et puis cette bestiole est trop grande, se dit-elle.

Elle agita les neuf serpents de feu qu’étaient ses cheveux dans cette apparence, forma une flamme rouge dans ses quatre mains, et bombarda de chaleur son adversaire. Le résultat escompté ne se fit pas attendre. L’ombre avait rétréci, ne possédait plus que deux bras et deux yeux, et son apparence générale s’approchait d’une silhouette humaine. Prune-Tzali regagna le fort pour se reposer un peu.

Vous pouvez reprendre ! sourit-elle.

Toutefois, les ombres qu’elle avait invoquées restèrent immobiles. Elles hurlaient leurs messages sans discontinuer.

Elles ne reprendront pas le combat avant d’avoir été écoutées, constata Prune-Tzali.

Je vais devoir y aller, dit Aruvah, mais comment les atteindre ? Et comment recueillir tous les messages ? Il y en a des milliers !

Cependant, les hurlements semblaient s’atténuer. Bientôt, le silence se fit, et les ombres s’écartèrent pour laisser passer…

Milenko ! s’étonna Prune-Tzali. Mais… Il n’a pas péri en mer !

Le jeune homme se tenait tête baissé au milieu des ombres. Il releva la tête, puis s’avança vers Prune-Tzali et Aruvah. Il remit à ce dernier deux rouleaux qu’il tenait serrés contre sa poitrine, et murmura :

Voici tous les messages. Le rouleau blanc est celui des ombres, et le rouleau noir est celui des destinataires. Au sorcier désormais de prononcer les mots adéquats.

Aruvah prit les rouleaux et s’éloigna.

Comment cela se fait que tu sois ici ? Je n’ai appelé que les disparus en mer.

La grotte des Gemmes, où je repose, fait partie d’Oluleï. Il y a aux confins d’Oluleï une veine de la Terre, la même qui passe par Volitsa. J’ai entendu l’appel, et je suis venu aussi.

Les yeux noirs de Milenko brillaient intensément quand il ajouta :

Je vais affronter l’ombre unifiée. Pendant ce temps, montez sur les radeaux. La Plateforme des Hauts-Bas sera totalement immergée dans une dizaine de minutes.

Les ombres prunesques avaient repris le combat et terrassaient les ombres morgaéusiennes, qui convergeaient ensuite vers le monstre qu’avait réduit Prune-Tzali, pour continuer de forger “l’ombre unifiée”.

Pendant que Milenko s’élançait pour affronter cette ombre, tous les humains prenaient place sur les radeaux et assistaient au spectacle.

Le monstre balançait ses bras pour tenter de saisir Milenko, mais celui-ci était agile et l’esquivait sans problème.

Quels sont les rapports de force ?

Milenko, 1m82, le monstre, 4m50. Ombre lumineuse d’un côté…

C’est un oxymore, ça !

Oui, en effet. Je disais donc : ombre lumineuse d’un côté, ombre ténébreuse de l’autre.

Et ça c’est un pléonasme !

Laquelle est laquelle ?

ça dépend de l’éclairage… Pour le moment, c’est Milenko dans les ténèbres, peut-être à cause de l’ombre portée du monstre…

Le monstre lança un javelot sur Milenko, qui réussit à l’éviter, à le ramasser et à toucher son adversaire au pied.

Changement de rapports ! Milenko, toujours 1m82, le monstre, 4m.

Beuglant pour terroriser le jeune homme, l’ombre unifiée brandit une masse d’armes. Milenko, touché à l’épaule, cria et vacilla, mais ne chut pas. Il contourna son ennemi et le toucha à l’autre pied avec le javelot.

Changement de rapports ! Milenko, toujours 1m82, le monstre, 3m50.

L’ombre balança une nouvelle fois la masse d’arme et parvint à briser le javelot. Milenko en lança la pointe, qui atteignit le bras armé du son adversaire.

Changement de rapports ! Milenko, toujours 1m82, le monstre, 3m.

Une pluie de flèches s’abattit sur le jeune homme, qui trébucha, sans tomber. Une flèche s’était plantée dans son flanc. Il l’ôta, la lança sur le monstre qui bandait une nouvelle fois son arc pour une nouvelle salve ; son ennemi, touché à l’autre bras, lâcha l’arc.

Changement de rapports ! Milenko, toujours 1m82, le monstre, 2m50.

Milenko bondit pour récupérer l’arc, visa un oeil de l’ombre, où la flèche vient se ficher.

Le monstre ne fait plus que deux mètres ! ça devient jouable…

Milenko avait ramassé une flèche et visait l’autre oeil. En colère, l’ombre se pencha et balança sa tête d’un côté et de l’autre. Il enroula une de ses langues autour de l’arc et le détruisit. Milenko tenta de s’éloigner, mais les deux solides mains de son ennemi se refermèrent sur son cou et le soulevèrent. Le monstre approcha sa gueule du visage du jeune homme. Ses deux langues s’entremêlaient et léchaient ses babines pleines de sang, prêtes pour le festin, mais à cet instant précis, Milenko parvint à enfoncer ses mains dans l’oeil encore valide de son adversaire, qui s’écroula. L’ombre de Milenko devint lumineuse, et celle du monstre disparut.

Milenko se dirigea vers le radeau où se trouvaient Prune-Tzali, Aurélien, Shadi et Aruvah-Tuhra. Il mit quelque chose dans la main de la jeune fille, puis s’effaça, ainsi que toutes les ombres des péris en mer.